Histoire

Beauchastel est un village ardéchois situé à la rencontre entre l'Eyrieux et le Rhône. La première mention du village Bellum Castrum date de 1179 quand l'Evêque de Valence en fait don à son neveu Odon de Retourtour. Pour se défendre des envahisseurs, BEAUCHASTEL, a érigé des tours et s'est enfermé dans des remparts que l'on franchit par des portes fortifiées.

Un donjon protecteur à base carrée couronne le village: c'est l'ultime défense. Le château se limitait peut-être à ce puissant donjon carré qui domine aujourd'hui la porte d'entrée de la Vallée de l'Eyrieux. Puis Belcastel... Les enceintes du bourg fortifié n'ont jamais réussi à contenir les assauts répétés des protestants ou des catholiques lors des guerres de religion, et ses fortifications furent rasées sur ordre du Roi Louis XIII. Il est resté longtemps à l'abandon. Dès 1973 et pendant plus de vingt ans, l'Association Confluence, Enfants et Amis de Beauchastel a permis, grâce à de nombreux chantiers de restauration, à ce bourg de renaître et de retrouver sa couleur médiévale intense.

Bellum Castrum" est une place fortifiée en 1179 par les premiers seigneurs, les Retourtour et les Briand qui font ériger des remparts et un donjon à base carrée. Le bourg est situé sous l'ancien château, au confluent de la rive ardéchoise du Rhône et de l'Eyrieux, le port à péage était un important lieu d'échanges. Dès 1550, les Beauchastellois adhèrent en grande majorité à la Réforme, prêchée par Calvin. Durant près d'un siècle, BEAUCHASTEL doit subir les assauts répétés des deux camps qui se livrent aux ravages des récoltes, aux pillages et destructions des maisons et églises et aux massacres des habitants. En 1622, sur ordre de Louis XIII, les fortifications de BEAUCHASTEL sont rasées ; ainsi disparaissent les remparts et les tours de défense. Malgré ces démolitions, le site du village conserve jusqu'au début du XXè siècle son aspect médiéval qui s'enrichit d'éléments architecturaux de la Renaissance. Beauchastel fut un des 70 greniers à sel du royaume de France (1618-1789). Au XVIe, beauchastel dépendait de Tournon avant de devenir Baronnie des Soubise.

Le village fut ravagé par les deux camps pendant les guerres de Religion, les fortifications furent rasées par ordre de Louis XIII en 1622. De nombreuses crues de l'Eyrieux détruisirent l'ancienne Église. Une digue a été édifiée au bord de l'Eyrieux en 1860 En 1892, le romancier américain Mark Twain (Auteur notamment du célèbre Tom Sawyer) séjourna une nuit dans un petit hôtel de Beauchastel pout y admirer le paysage au soleil levant. Beauchastel portait le toponyme révolutionnaire de Union Bel Air.

La commune est détachée de Pierregourde en 1790. Depuis le début du XXe siècle la population est concentrée dans la plaine surtout depuis l'achèvement de l'aménagement hydroélectrique du Rhône en 1964. En sus du Rhône et de l'Eyrieux, trois torrents délimitent la commune: Riou de vel au nord, le ruisseau de Thoac à l'ouest et celui d'Abrou. Accroché au flanc d'un éperon rocheux, le vieux village de caractère de l'Ardèche veille la rencontre entre le Rhône et l'Eyrieux. A l'abri du Mistral, dès les beaux jours il prend des airs de village provençal.

Datant de 1761, l'église accueille les visiteurs à l'entrée du vieux village. Ruelles étroites, pentues et tortueuses conduisent à la maison du patrimoine. Cette grosse bâtisse présente sur six niveaux des expositions. Une salle est d'ailleurs consacrée au vieux village. Il sent bon les pêchers gorgés de soleil, reines des vergers de la Vallée de l'Eyrieux. Bellicastri, le château construit au XIIe siècle lui donna son nom. Détruit au moments des guerres de religion, il ne reste que la tour qui couronne le village. Un théâtre de plein air a été aménagé à ses pieds. Le panorama sur les deux vallées est absolument magnifique. Le vieux village, en cours de restauration, a retrouvé sa couleur médiévale intense.

Les maisons, parées de schiste de la montagne et de galets de l'Eyrieux, s'étagent et s'étirent jusqu'au bas de la colline. Passages couverts, escaliers tortueux et ruelles étroites en pente conduisent à la place du village, centre palpitant de la vie du pays pendant très longtemps. C'est là que le père Bouillon annonçait les nouvelles à la population il y a encore trente ans. Elle bruissait d'animation tout au long de l'année lors des fêtes et foires. Pendant le carnaval, on y promenait un mannequin suivi de chars, selon une tradition qui perdura jusqu'en 1900. Trois fois l'église fut reconstruite. Elevée trop près des bords de l'Eyrieux, elle fut emportée par des crues au XVIe et au XVIIe siècles. Elle devint temple de la Raison et fut le théâtre de fêtes révolutionnaires. La maison des seigneurs qui date du XIVe s est la plus ancienne du village.

Beauchastel au XXè SIECLE

A Beauchastel vécut de 1862 à 1944, un personnage original, Alphonse Gurlhie. Dans son jardin, il fit couler en béton armé des musiciens, se représentant lui-même en chef-d'orchestre. Vous découvrirez ses totems à la Maison du Patrimoine. Avec le XXè siècle, et l'avènement de l'automobile, les beauchastellois quittent leur site perché, d'accès malaisé, pour s'installer le long de la route. Pour le village commence alors un processus d'abandon et de descente vers la plaine qui va s'accélérer après la guerre de 1914-1918. Après l'aménagement hydroélectrique du Rhône qui s'achève en 1964, le BEAUCHASTEL moderne explose dans la plaine que l'on espère enfin protégée des crues du Rhône canalisé et dompté. A l'heure actuelle, les vieux quartiers aux ruelles pittoresques et étroites font la joie des touristes, des peintres et des photographes de passage.

Commentaires et annonces (5)

Publié par Gédéon le mercredi 23 avril 2014 à 22:22

Magnifique village à flan de colline, nous y sommes venus, scouts de Charleroi, Belgique, paver des ruelles en terre battue et travailler à la restauration de la bergerie ? au pied de la vielle tour... Nous étions logés au local du club de pétanque, accueil chaleureux, que des bons souvenirs... C'était à la fin des années 70, peut-être quelqu'un se souvient-il de nous ? Bien le bonjour chez vous.

Publié par peniche le samedi 14 décembre 2013 à 12:50

J’avais un DM en histoire et cette page m'a beaucoup aidé.

Merci beaucoup.

Publié par Hervé du Manoir le samedi 01 septembre 2012 à 10:49

Bonjour,

Je m'intéresse à Alphonse Mathieu Gurlhie à Chandolas le 1.2.1862, x et domicilié à Chandolas lors de son mariage en 1893, or vous indiquez qu'il a vécu à Beauchastel de 1862 à 1944 date de son décès.
En 1911 il a été recensé à Beauchastel en tant que "marchand de filets". Pas de mention marginale sur son acte de naissance donc vous m'apprenez qu'il est décédé en 1944 (l'acte serait le bienvenu).
Je ne manquerai pas, lors d'un prochain déplacement, de vous rendre visite. Salutations.

raymond hervé

Publié par shenane le lundi 04 juillet 2011 à 11:38

J'ai découvert, il y a quelque temps que le petit village de Beauchastel est celui où est né mon arrière grand-père. J'y suis allée et j'ai trouvé un endroit magnifique. Peut être, vais je retrouver les traces de la famille Balayn.

Publié par jmgardes le mercredi 06 avril 2011 à 08:25

Madame, Monsieur, Bonjour, Je lis ceci dans votre page consacrée à l'histoire de Beauchastel : "En 1892, le romancier américain Mark Twain (auteur notamment du célèbre Tom Sawyer) séjourna une nuit dans un petit hôtel de Beauchastel pout y admirer le paysage au soleil levant." Je porte intérêt à la question du passage d'hommes et de femmes célèbres dans le dept. de l'Ardèche. Aussi cette info. m'intéresse ! Pouvez-vous m'en dire plus au sujet du passage de Mark Twain à Beauchastel ? Quelles sources, quel écrit ? Merci infiniment de votre réponse. Dans cette attente, recevez mes plus cordiales salutations, Jean-Marc GARDES

Publier un commentaire
Traitement en cours. Merci de patienter.